APPROCHE DE VOUS-MÊME




Posez-vous la question « qui suis-je » ? Avec l'intensité et la profondeur requises.
Vous parvenez à une réponse correcte si à cette interrogation vous répondez : « je suis l'infini, je suis le sans limites, je suis le transcendant ».
Encore faut-il que cette réponse ne soit pas un simple ânonnement doctrinal, mais une réponse vivante qui jaillisse de vous-même avec toutes les caractéristiques d'une évidence vécue.
S'il en est ainsi et si telle est votre réponse, que vous reste-t-il à faire ? Il vous reste à vivre toutes les implications de votre réponse. Dès lors, c'est dans la totalité des conséquences de votre réponse spontanée que se trouve la Libération.
Vous avez compris que votre nature profonde et véritable est celle de Dieu. Vous êtes la présence de Dieu en l'homme. L'homme c'est l'ensemble des sensations, sentiments et pensées que vous percevez, ce que vous êtes c'est la Divine Conscience spectatrice de tout cela.
Si vous savez qui vous êtes en votre vérité transcendante, tirez toutes les conclusions qui résultent de cette constatation.
Commencez tout d'abord par réaliser que vous n'avez rien à obtenir. Que voulez-vous obtenir ? Vous êtes Dieu qui joue à assumer le rôle d'une vie humaine. Dieu ne peut avoir besoin et être en manque de quoi que ce soit. Les aléas de la vie humaine sont une expérience que vous avez voulue au sein d'une minuscule fraction de votre éternité et dont vous ne sauriez-vous plaindre. Vous avez voulu que cette vie humaine soit étrange, imprévisible et parsemée de souffrances et de satisfactions.
Tel est le jeu que vous avez assumé et qui pour quelque temps encore continue. Sachant cela vous n'avez rien à désirer en plus ou en moins.
Comprenez également qu'il n'y a aucune espèce de Réalisation spirituelle à atteindre. Vous êtes Réalisé depuis toujours. Pendant un certain temps, vous avez oublié qui vous étiez et vous avez cru que vous étiez un homme. Mais maintenant cette aberration a été dissipée. Vous savez que vous êtes Dieu. Dès lors toute recherche spirituelle est terminée.
La recherche spirituelle est un jeu auquel se livrent ceux qui ne sont pas contents d'être des hommes, mais qui n'ont pas encore compris qu'ils sont Dieu. Par contre lorsque l'on sait que l'on est Dieu, on sait qu'il n'y a rien à chercher.
Toute pratique d'une discipline spirituelle est désormais inutile pour vous. La méditation, la prière, les exercices divers, les règles de vie, les prescriptions morales et les interdictions, tout cela fait partie de la recherche. Que pouvez-vous chercher puisque vous vous êtes trouvé ? Vous pouvez pratiquer ces exercices et ces règles par jeu, comme vous pouvez vous en abstenir. Il n'y a plus ni prescription ni interdiction pour vous. Dieu n'a rien à obtenir. Rien à accomplir. Rien à rechercher. Rien à réaliser. Il demeure dans sa plénitude éternelle. Plénitude qui englobe la multiplicité mouvante et impermanente de toutes les conditions d'existence.
Vous n'avez pas à vous préoccuper du fait de rester constamment ou de ne pas rester en éveil. Que vous soyez en éveil ou que vous n'y soyez pas vous êtes Dieu. À cela vous ne pouvez rien changer.
Vos éveils sont un rappel de vous-même. Vos périodes de non-éveil sont des oublis de vous-même. Mais précisément la vie humaine est un jeu dans lequel vous vous oubliez vous-même. Ce jeu vous l'avez voulu de toute éternité et vous l'acceptez présentement.
Chaque fois que vous constatez que vous n'êtes pas en éveil et que de ce fait vous avez oublié votre Réalité Divine et Transcendante, vous avez la possibilité immédiate de vous rappeler votre Réalité Divine et de réinstaurer votre éveil. Il n'y a donc aucun problème à ce niveau.
Que vous reste-t-il à faire ? Il ne vous reste qu'à vivre votre vie de tous les jours, en demeurant conscient de la Connaissance sur vous-même que vous avez acquise.
Ainsi votre vie deviendra le jeu conscient de Dieu lui-même. Que voulez-vous de plus ?
Quand vous avez faim, vous mangez. Quand vous avez sommeil, vous dormez. Que voulez-vous de plus ?
Si vous avez faim et ne pouvez pas manger, vous ne mangez pas. Si vous avez sommeil et ne pouvez pas dormir, vous ne dormez pas. Que voulez-vous de plus ?



Texte issu de : Eric Tolone, Approches de la mystique (en téléchargement ici).

Commentaires

A LIRE