APPROCHE DE L'ABSOLU





L'Absolu ne se connaît pas lui-même, car en lui-même il est conscience vide de contenu. La connaissance de soi-même serait un contenu de la Conscience Absolue, un tel contenu peut exister dans le manifesté, mais il ne peut exister dans le non manifesté, qui demeure éternellement.
L'Absolu ne se connaît pas lui-même, mais il a la possibilité de se connaître au travers de la multiplicité des formes de vie.
Toute forme de vie qui parvient à la Réalisation spirituelle est une forme de vie au travers de laquelle l'Absolu se connaît lui-même.
Dans cette constatation nous avons la réponse fondamentale au pourquoi de la création.
La création procède d'un obscur besoin de se connaître qui surgit dans l'Absolu. Au début le désir ne peut être qu'obscur puisqu'il se manifeste dans le non manifesté, entraînant par cela même l'apparition de la Manifestation divine.
Cet obscur désir en passant à l'acte devient la luminosité glorieuse du verbe qui épanche son amour vers les créatures.
Désirer se connaître c'est pour l'Absolu désirer devenir actif et manifesté. Désirer se connaître c'est pour Lui désirer devenir le multiple pour, au travers d'une multitude de consciences individualisées se voir et se comprendre.
Le désir de se connaître se transmute en amour des créatures, car les créatures sont les moyens de la connaissance. C'est en elles et au travers d'elles que l'Absolu va se chercher lui-même et se trouver.
L'amour des créatures est en définitive pour l'Absolu un amour de lui-même. Mais il n'en serait être autrement, car Lui seul existe. Du fait que la Réalité de l'Absolu englobe la totalité de l'univers, sans se trouver circonscrit par elle, tout amour exprimé au sein de cette création ne peut être qu'amour de lui-même, à lui-même.
La Connaissance spirituelle est donc la finalité de la création. Les formes de vie évoluent jusqu'à parvenir au stade où cette connaissance est possible. Et ensuite elles évoluent de sphères en sphères plus élevées où cette connaissance est de plus en plus intense.
L'Absolu se manifeste dans la créature, mais par la créature il se connaît lui-même. En cela la créature le manifeste et le révèle.
L'Absolu aime la créature et la créature l'aime à son tour. En cela consistent les gloires de la mystique.
En son état non manifesté, l'Absolu était un trésor caché, en créant le monde il a révélé sa splendeur et il a permis à de multiples créatures qui ne sont autres que lui-même devenu le multiple de jouir du rayonnement de cette splendeur.
Symboliquement, l'Absolu est notre père et nous sommes ses fils. Notre nature profonde est identique à l'Absolu. Notre nature apparente est distincte de Lui. C'est dans l'apparence des phénomènes du monde qu'il devient le multiple et que nous devenons ses fils. Tout cela n'est qu'un jeu illusoire et éphémère qu'il se joue à lui-même, à l'intérieur de lui-même.
En réalité, il n'y a pas de création, pas de multiplicité. L'univers n'est qu'une illusion et une apparence. Illusion et apparence au sein desquelles il se connait lui-même.
Dans l'apparence, en tant que fils, nous le manifestons et il se révèle à nous-mêmes. Constamment la lumière d'amour du Verbe créateur rayonne vers les créatures.
Dans l'apparence nous venons de Lui et nous retournons vers Lui.
Hors de l'apparence, nous sommes déjà Lui et nous le serons de toute éternité.
Hors de l'apparence, il n'y a rien à obtenir, rien à devenir.
Hors de l'apparence, la création n'est qu'une rêverie au sein de laquelle l'Absolu a façonné le monde et une multiplicité de créatures au sein desquelles il parvient à se connaître lui-même.


Texte issu de : Eric Tolone, Approches de la mystique (en téléchargement ici).

Commentaires

A LIRE